Historique

Ce lieu de thérapie, de recherche, de transmission, de pratique et de partage, s’est développé, sur les bords de la Seine, à Andé dans le département de l’Eure, depuis 1983. À cette date Monique et Joël achètent le premier terrain pour y amarrer leur péniche que Joël transforme en maison depuis 1979. Monique, à ce moment, cherche aussi à construire un lieu professionnel plus adéquat qu’un cabinet médical où elle exerce déjà à Pont de l’Arche. Bien qu’informaticien de métier, Joël est artiste. Son père, maréchal ferrant, l’a initié à travailler les métaux. Il a la passion du beau et aussi bien la péniche/maison qu’il aménage de ses mains, que les photos qu’il prend pour des concours, que les sculptures qu’il créée… tout est réalisé avec soin, sens et délicatesse. Il est à l’origine du premier salon artistique d’ANDÉ. C’est aussi un très bon danseur et il aime les gens. À sa mort, tous les responsables des 90 sites informatiques qu’il maintenait en France, sont venus pour lui rendre hommage ou ont écrit des lettres de gratitude qui disaient toutes en résumé : “Il n’était pas seulement un informaticien de qualité, il était une personne de coeur pour qui l’humain avait un sens, il était un ami”.

La fête pour l’honorer à sa mort en 1988 organisée par Monique et quelques amis pour son ADIEU/À DIEU, a marqué le village. Monique a obtenu que son corps ne reste pas dans “le tiroir” de la morgue où elle l’a retrouvé après son accident. C’était d’une importance capitale qu’il passe les trois jours dans son lieu, entouré, accompagné. Chacun a pu traverser les premières étapes du deuil “ENSEMBLE” : protestation/joie, peur/joie, chagrin/joie. Les enfants venaient mettre des dessins ou objets dans son cercueil. Nous avons vu son énergie partir malgré le fait qu’il ait passé quelques heures dans le froid de la morgue. Juste avant sa mort, Joël apprenait à faire des vitraux et sa joue gauche avait les marques de la vitre de son véhicule “comme un vitrail” ! La VIE a toujours de beaux clins d’oeil. Le matin du dernier jour, l’orchestre de Jazz de Paris, est venu l’entourer (Joël aimait beaucoup la musique) pendant que son cercueil était sur la terrasse, dehors. Les deux chats avaient pris place sur le dessus pour dire ADIEU/À DIEU à leur maitre, eux aussi. Le cortège est parti en musique vers l’église du village que le prêtre avait accepté d’ouvrir pour une cérémonie spirituelle. Ses amis le portaient sur leur épaule et c’était sa dernière fête mais pas la dernière dans le lieu. Il y a eu des textes, des chants, des hommages spontanés, du vin de Touraine et du pain partagés, puis le cercueil a été emmené vers sa tombe où des pigeons voyageurs ont été libérés et se sont envolés vers le ciel quand Joël a été mis en terre. Beaucoup de personnes présentes ont murmuré à leur compagne ou compagnon : “Si je meurs, s’il te plait fais moi une fête comme celle-ci”.

Et Monique a continué son deuil pour incarner son chemin d’amour. Particulièrement en couple (même si à un moment elle a hésité à créer une ONG avec l’argent de l’assurance professionnelle que l’entreprise avait signé sur la personne de Joël). Donc en juin 1989, elle rencontre Philippe en dansant dans un village voisin nommé “Portejoie” ! C’est un bel Antillais de 20 ans qui a une passion pour la musique. Il vient juste de prendre son poste de Surveillant pénitencier à Val de Reuil. Il fait d’abord son service militaire à Pontoise et l’année d’après il démissionne de son poste et commence ses études de psychologie à l’Université de Rouen. En parallèle il commence son chemin thérapeutique qui le conduira aussi bien aux USA pour l’Analyse Transactionnelle qu’en Afrique et en Amérique Latine pour le chamanisme, qu’un peu partout en France pour d’autres approches thérapeutiques. Il s’exerce à sa future profession par de l’assistanat, d’abord auprès de Marie Rogez à Rouen, médecin gynécologue devenue Analyste Transactionnelle et Sexothérapeute et il poursuit à Paris, chez Laurie Hawkes, Psychologue, Analyste Transactionnelle et auteure de différents ouvrages. Entre temps, Monique et Philippe ont agrandi les bâtiments et ont plus tard fait construire une maison sur un terrain adjacent pour leurs deux enfants haïtiens qu’ils adoptent en 1995. La péniche est trop petite. Monique et Philippe ne naviguent pas comme Joël et Monique sur la Marne, l’Oise, la Seine… Avec un projet de deuxième année sabbatique jusqu’au Danube (comme quand ils avaient, sac au dos, découvert l’Asie en 1976). Donc la péniche reprend sa vie de navigation avec de nouveaux propriétaires !

Philippe est salarié à mi-temps de Monique de 1996 à 1999 puis il s’installe en libéral en 2000. Sa principale formation en psychothérapie est la Respiration Holotropique. Il peut y unir ses deux passions : la musique et les états modifiés de Conscience. Dans ces mêmes années 2000, Philippe et Monique ont pensé donner un nom à leur centre. Spontanément le nom E.V.A.A. (Energie Vitale Attachement Amour) est venu. Au moment de faire un site internet, EVAA sonne tout autre chose qu’un chemin d’incarnation de notre ÊTRE spirituel l!!  Philippe continue donc de chercher, et en changeant l’ordre des mots et en prenant la première syllabe il propose : ATtachement/AMour/ENergie/VItale = ATAMENVI. La sonorité était belle. Le lieu était baptisé et plus tard une prêtresse haïtienne du vaudou a donné l’information qu’ATAMENVI est le nom du DIEU de l’AMOUR en Haïti (or les enfants de Philippe et Monique sont d’origine haïtienne) !!!

Avec Monique comme assistante, Philippe animera des groupes de Respiration sur deux jours. Puis c’est Maria qui sera son assistante. Et pour affiner son approche dans un élément significatif de son enfance Guadeloupéenne –la mer– il fait construire un bassin chauffé à 37° pour y développer son travail autour de “l’eau” et toutes les guérisons qui y sont associées. Il recherchera ensuite pendant trois années à retrouver, avec sa notaire, les propriétaires des petites parcelles sur l’île en face de la rive où deux hectares seront remembrés. Il commencera de partager avec ses clients un autre aspect de son chemin d’incarnation spirituel : les méditations/quêtes de vision/huttes de sudation… Il suit les enseignements de maitres comme Sri Ramana Maharshi et Sri Nasargadatta et à Paris les enseignements de Gurdjieff où il découvre que les disciples de ce dernier organisaient sur l’ile leurs cérémonies là où il anime ses groupes !!! Il poursuit sa formation de chaman au Pérou pendant deux mois chaque année et en 2013 il décide de partir plus longuement. Monique reprend ses groupes qu’ils avaient animés un temps ensemble, puis lui seul pour laisser du temps à son épouse pour écrire, transmettre plus et commencer de se retirer à l’approche de ses 60 ans. Finalement à l’été 2013, Philippe décide de suivre, seul, son chemin spirituel. Il revient du Pérou et le lieu lui fait une grande fête d’ADIEU. Pendant cette fête de gratitude avec Monique ils célèbrent leur couple dans une cérémonie de séparation/divorce dans l’amour.

Au printemps 2014, Florian quitte ses études de médecine classique à l’université de Rouen. Il cherche un lieu pour s’essayer à la permaculture. Monique accepte qu’il fasse ses essais sur le terrain d’ATAMENVI. En octobre, Florian demande à Monique de faire le chemin de couple  avec lui et Monique accepte. Depuis la fin 2014 Ils continuent ENSEMBLE à prendre soin du lieu. Ils l’ouvrent aussi à toute l’équipe que vous avez découverte sur ce site et par Florian, les enseignements de G. Grabovoï concernant la régénération de toute chose et de tout être, par le pilotage de la réalité, font leur début dans ce lieu qui invite à un Chemin d’Amour. Florian est passionné par la Vie éternelle.

Les dernières actualités

08/02/2018

Le vendredi 13 avril, à 20h30, Carole fera une conférence intitulée Se connaître et se construire pour devenir Adulte à Carrières-sur-Seine. Pour plus d’infos, cliquez ici pour contacter Carole.

07/02/2018

Une série de courts interviews/vidéos vont bientôt alimenter ce nouveau site. Ce sera d’abord Maria qui interrogera Monique sur des thèmes qui lui sont chers. D’autres suivront. Ces interviews complèteront harmonieusement les causeries régulières.

07/02/2018

Depuis le début de l’année, Sylvie est heureuse de vous accueillir dans son cabinet de Montmartre, 2 place Marcel Aymé – 75018 Paris. 06 75 07 27 43